ARNAQUES IVOIRIENNES ET ASSIMILÉES - ARNAQUES INFOS

RÉSEAU ANTI-ARNAQUES
Aller au contenu

Menu principal :

ARNAQUES IVOIRIENNES ET ASSIMILÉES


UN ASTROLOGUE DU BÉNIN VOUS ÉCRIT

Voici le message reçu, le 25 février 2017, par un correspondant du Réseau anti-arnaques : "Je suis Dr Lopes Zinsou Emile, petit-fils d’un ancien roi du Bénin, voyant astrologue. Je suis là pour tous vos problèmes comme le cancer, la recherche de maître, le spiritisme, la guérison de toutes sortes de maladies et surtout le cancer de la prostate, la protection de votre maison. Vous avez du mal à trouver du travail, vous ne prospérez pas dans vos affaires, dans votre foyer, et vos soucis.

Vous avez la solution : spécialiste des cas les plus urgents, même les plus désespérés, grâce aux anges. Vous qui avez des conflits familiaux, des problèmes de foyer avec votre femme, votre mari et au travail avec votre employeur, des problèmes sentimentaux, des faiblesses sexuelles, de retour immédiat et définitif de l’être aimé, des soucis avec la justice. Vous avez été envouté, contre anti-balle, le pouvoir pour votre protection, la chance aux jeux et les moyens de financement, et avoir de la promotion dans vos entreprises.

Mon adresse mail : zinsou.feticheur@gmail.com Consultation rapide."

Chacun aura pu noter le charabia parfois peu compréhensible de cet astrologue (et encore, le Réseau anti-arnaques a corrigé les principales fautes d’orthographe et rétabli la ponctuation) : du reste, la formulation "anti-balle" restera un mystère.

De toute évidence, cet astrologue souffre de faiblesses textuelles.

Le 23 mars 2017






L’APPEL À L’AIDE D’UN FAUX AMI

Comment être escroqué par un faux ami en trois étapes ?

Première étape : vous recevez un message succinct par internet : "Puis-je te parler d’une situation, si possible par mail ?"

Dans l’hypothèse d’une réponse favorable de votre part, l’escroc passe à la deuxième étape : "Je vais très mal en ce moment après ce qui vient de m’arriver. Par inattention, j’ai oublié mes affaires (téléphone, carte de crédit, argent) dans un taxi. Garde cela confidentiel pour ne pas inquiéter mon entourage. Dis-moi, y-at-il un buraliste non loin de toi ?"

Troisième étape : votre interlocuteur explicite sa demande : "Je voudrais recharger ma carte afin de pouvoir régler mes frais de déplacement et assurer mon retour. J’aimerais, s’il te plait, que tu me viennes en aide en m’achetant chez le buraliste juste 4 coupons de rechargement PCS MASTER CARD de 250 € (soit un total de 1 000 €). Après l’achat, transmets-moi les codes RECH de chaque coupon de rechargement. Je te rembourserai dès mon retour."

Le résultat est immédiat : vous avez perdu 1 000 € sans véritable recours.

Toute sollicitation de paiement par mandat Western Union ou par coupons de rechargement PCS doit constituer un signal d’alerte à l’arnaque.

Le 26 février 2017





LES OBJETS D’ART CAMEROUNAIS

Un mystérieux interlocuteur vous contacte par téléphone pour vous proposer d’être le destinataire d’objets d’arts primitifs du Cameroun.

Les modalités du scénario sont bien rodées :

c Un chef de village s’est résigné à vendre ses objets de valeur pour financer une école ou un dispensaire ;

c Un acheteur potentiel s’est déjà manifesté (en général, un américain) ;

c Vous allez jouer le rôle d’intermédiaire et, bien évidemment, vous serez grassement rémunéré au passage, après intéressement de votre interlocuteur en tant qu’apporteur d’affaire.

Le piège est grossier, et toute somme réglée pour obtenir les fameuses figurines camerounaises sera irrémédiablement perdue...

Le 27 novembre 2016






LES ESCROCS PASSERONT DEUX FOIS

Les escrocs adeptes du scamming (diffusion d’un message fictif visant à obtenir de l’argent), n’hésitent pas à contacter une deuxième fois leurs victimes. Ils se font passer pour une autorité judiciaire, pour une association de défense ou pour un avocat. Ils sont crédibles car ils n’ont aucun mal à détailler les sommes qu’ils ont eux-mêmes encaissées quelques mois auparavant.

Le Réseau anti-arnaques a qualifié de "technique à double cliquet" cette pratique consistant à exploiter le "fonds de commerce" constitué par les victimes.

Voici, à titre d’exemple, une sollicitation diffusée le 22 septembre 2016 : "La structure de Western Union Afrique a lancé une opération qui vise à dédommager ses clients qui ont été victimes d’une arnaque. Après plusieurs analyses Data et autres techniques de croisement, votre adresse e-mail a été détectée comme victime potentielle d’un réseau d’arnaqueurs qui s’étend de France jusqu’en Afrique de l’Ouest. Une commission technique de dédommagement a été mise en place avec le Ministère des Finances des états d’Afrique de l’Ouest pour une politique de dédommagement dénommée Acte for crédibilité.

Nous vous demandons donc d’entrer en contact avec nous pour plus d’informations si vous avez été victime et désirez être dédommagé le plus rapidement possible par le biais d’une procédure civile et financière."

Bien évidemment, les victimes devront régler de nouveaux frais d’adhésion ou de procédure, par mandat Western Union, ou par recharge de cartes PCS, pour le plus grand bénéfice des escrocs.


Le 14 octobre 2016






LA FAUSSE TRAQUE AUX CYBER CRIMINELS

Cette circulaire semble émaner des autorités béninoises, elles se déclarent soucieuses de "redorer l'image du pays en raison de la mauvaise réputation et des critiques qu'il essuie au plan international du fait de la forfaiture de cyber criminels opérant sur son sol". Lors d'une réunion spéciale, elles ont donc décidé d'indemniser 100 victimes sur la base d'un forfait de 110 000 €.

Deux organismes sont en charge du règlement de cette somme : la banque United Bank of Africa et la Brigade Économique et Financière "en vue d'éviter d'éventuelles malversations". Du reste, il vous est conseillé de ne répondre à aucun des messages et appels provenant du Bénin parce que "certains des criminels sont encore dans la nature et pourront vous contacter pour d'autres forfaitures".

Le culot ne manque pas chez les arnaqueurs qui n'hésitent pas à recontacter leurs victimes en leur faisant miroiter une indemnisation, démarche qui impliquera, bien évidemment, le paiement de différents frais...

Le 8 septembre 2015






WESTERN UNION : LE MODE DE PAIEMENT PRÉFÉRÉ DES ESCROCS

Le Réseau anti-arnaques met régulièrement en garde les consommateurs contre le "scamming" ("scam" signifiant en anglais "ruse").

Le message qui vous parvient vous annonce une bonne nouvelle : achat d'un bien à un prix très attractif, versement annoncé d'un héritage, gain à une loterie, rencontre d'un amoureux.

L'objectif est d'encaisser rapidement une somme d'argent et, le mode de paiement idéal pour tout escroc domicilié à l'étranger est le règlement par mandat Western Union, (service commercialisé dans les points de vente Western Union mais surtout dans les bureaux de La Poste). Ce moyen de paiement doit constituer un signal d'alerte pour tout internaute.

Cette situation ne semble pas émouvoir Western Union qui encaisse sans sourciller des commissions lucratives. Elle se dédouane en mentionnant dans ses bordereaux de transfert d'argent la simple formulation : "Méfiez-vous des inconnus qui vous proposent d'envoyer un transfert puis de procéder à un changement de nom du destinataire."

La dernière fois que le Réseau anti-arnaques avait souhaité contacter par mèl, un responsable de Western Union, la réponse avait été la suivante : "Nous n'avons pas d'adresse électronique à vous fournir. Vous devez contacter notre service clientèle."

Le 8 avril 2015






ARNAQUES IVOIRIENNES : RETOURNEMENT DE SITUATION

Les petites annonces constituent un terrain de chasse privilégié pour les escrocs qui, le plus souvent, sévissent à partir d'Abidjan.

Le procédé est classique : se déclarer intéresser par un bien vendu par petite annonce, indiquer être momentanément à l'étranger et préciser que le règlement se fera directement, et par avance, par mandat Western Union (encaissable à La Poste).

La subtilité de l'arnaque ivoirienne consiste à inverser les rôles : le vendeur va être incité à effectuer un règlement à l'acheteur, un comble ! Comment cela est-il possible ? Tout simplement par le scénario suivant : l'État ivoirien contrôle les sorties de devises et impose une taxe sur tout transfert d'argent. D'où la proposition suivante (extrait d'un message reçu par un correspondant du RAA) : "Donc pour notre transaction, il y a des taxes pour vous et moi. Et ne pouvant pas les régler à votre place vu que c'est pour un contrôle de traçabilité, j'ai décidé avec mon épouse de vous rajouter votre part de taxe, c'est-à-dire les 187 € arrondis à 200 € que je vous ai rajoutés sur les 350 € du prix de vente. Ce qui fait un mandat de 550 € que vous devez toucher de ma part."

Vous l'avez compris : le vendeur doit verser les 187 € après avoir contacté un prétendu directeur qui lui donnera les codes permettant d'encaisser le mandat de 550 €. Bien évidemment, aucun mandat de 550 € ne sera émis et les 187 € seront bien perdus.

Le 10 octobre 2014


UN FAUX RÉSEAU ANTI-ARNAQUES !

Il fallait s'y attendre : les actions de prévention du Réseau anti-arnaques à l'encontre des escroqueries internationales ne laissent pas indifférents leurs auteurs.

Pour preuve, la création depuis le mois de décembre 2013 d'un Réseau anti-arnaque du Bénin - RAAB - qui affirme : "Avoir vocation d'aider les internautes de n'importe quel pays à vérifier les informations qui leur sont envoyées depuis le Bénin, d'éviter les arnaques et d'en informer le public."

Il ne gère pas de site mais communique un courriel (raabenin@hotmail.fr).

Les consommateurs ne seront pas dupes de ce montage grossier.

Le 3 avril 2014


LA MOTO FANTÔME SUR MOTO-GRATUITE.COM

La mésaventure de ce collectionneur de motos anciennes, communiquée au Réseau anti-arnaques le 19 février 2014, doit inciter tout consommateur à faire preuve de vigilance face aux sites publiant des petites annonces.

En décembre 2013, une moto BMW R 50 attelée side-car est proposée à la vente sur le site moto-gratuite.com pour un montant de 1 500 €. Le vendeur précise que ce montant doit être réglé en espèces au transporteur le jour de la transaction, une fois la moto et les papiers officiels examinés et acceptés par l'acheteur.

Dès que l'acheteur se montre intéressé par l'achat de la moto, un scénario mûrement préparé se met en place :

1) Un appel téléphonique du transporteur, qui prétend être sur la route pour livrer la moto, précise que la réglementation en vigueur interdit le paiement en espèces à un tiers.

2) La seule solution consiste donc à effectuer un paiement par mandat cash urgent auprès de La Banque Postale, dès ce samedi matin, démarche qui est aussitôt réalisée par l'acheteur.

3) Bien évidemment, aucun transporteur ne se présente et un message du vendeur indique que la transaction est annulée : en effet, un différend existe avec sa femme qui aurait publié l'annonce en fixant un prix de 1 500 € au lieu de 3 000 € prévu. L'acheteur considère donc que la transaction est abandonnée.

4) Dès le lundi matin, un message de La Banque Postale indique que la somme de 1 500 € a bien été payée au bénéficiaire du mandat cash...

Le 28 avril 2014






ARNAQUES AUX SENTIMENTS

Cet internaut témoigne (22/06/2013) :

"Une ivoirienne rencontrée sur un site de rencontres... elle me demandait des sous pour payer la connexion. Dès qu'elle a reçu les sous, sa tante est venue la voir et au retour, elle a eu un accident de voiture : je devais vite envoyer les sous pour les médicaments (je n'ai rien fait).

Après un mois, j'en avais marre de ses demandes d'argent, alors j'ai décidé d'envoyer 1 000 € et plus rien après. Avant même qu'elle ait pu encaisser l'argent, un homme (Malien, d'après ses dires) me téléphone pour me demander les codes de Western Union, et devant son empressement, je l'ai fait, résultat : 1 000 € volés. J'ai laissé tomber cette fille.

En juillet 2012, elle me récrit : elle était héritière d'une maison et avait trouvé un acheteur asiatique (au doux nom de l'inventeur d'une marque de cognac). Elle voulait que j'encaisse et lui envoie les sous. Le chèque m'est parvenu depuis la métropole et j'ai viré les sous... 6 000 € envolés : c'était un chèque volé !"

Le 13 mars 2014




AMARA BELLO : UN AMI QUI NE VOUS VEUT PAS DU BIEN

Le message d'un certain Amara BELLO - qui vous interpelle par un sympathique "cher ami" - est typique des propositions douteuses qui circulent sur le net.

Amara BELLO prétend travailler dans une banque africaine. Il a remarqué qu'il existait un compte bloqué depuis plus de 10 ans appartenant à un client canadien, décédé le 30 novembre 2000 (crash aérien).

Il a également découvert que la famille et les héritiers du défunt ignoraient tout de l'existence de ce compte.

Il vous propose donc de réaliser l'affaire suivante : la somme, jusqu'à présent bloquée, est transférée sur votre compte, il détruit immédiatement toutes traces comptables et le pactole de 13 700 000 dollars US est partagé entre vous deux !

Bien évidemment, peu de consommateurs mordront à l'appât, compte tenu du caractère peu crédible et, de plus immoral, du scénario. Mais, les rares personnes qui le feront tomberont dans un piège infernal : l'opération de transfert qui semblait si simple va nécessiter la rédaction de nombreux actes et l'intervention de plusieurs intermédiaires. Autrement dit, le consommateur sera sollicité, sous les prétextes les plus divers (rédaction d'un certificat, taxes, frais de transfert), pour régler par mandat Western Union de multiples sommes.

Le 22 février 2014





ARNAQUES SUR INTERNET : LA FAUSSE AIDE AUX VICTIMES

Le message émanant de la Commission d'indemnisation des victimes d'infraction commises sur internet cible les personnes qui ont déjà répondu à des offres douteuses (notamment, arnaques ivoiriennes) et qui ont perdu de l'argent.

Une certaine Laura BANKS, coordinatrice du Bureau de cette commission, vous explique :

"Suite aux sanctions appliquées par l'Union Européenne à l'encontre du gouvernement ivoirien, des décisions ont été arrêtées et une commission d'enquête a été mise en place pour le dédommagement des victimes."

"L'Union Européenne et le gouvernement ivoirien en accord avec l'union africaine et la Banque Africaine de Développement ont mis à disposition des victimes, la somme de 6 millions d'euros pour une opération d'indemnisation."

Ne rêvons pas : cette commission n'existe pas et constitue un prétexte en or pour contacter les victimes et les délester de nouvelles sommes d'argent au titre de divers frais de procédure.

Le 9 novembre 2013



ARNAQUE FISCALE

Les escrocs ne manquent pas d'imagination et savent concevoir un scénario digne d'un film à suspens.

Cette personne octogénaire reçoit un appel matinal d'une personne se présentant comme Jean-François MORIN, de la Direction départementale des impôts.

Le scénario est savamment constitué de quatre séquences.

Séquence 1 : le choc

"Dès demain, vous allez être l'objet d'une saisie bancaire de la somme de 19 800 € (amende pour défaut de déclaration en 2011 d'un trop perçu de retraite). Votre banque n'est pas au courant."

Séquence 2 : l'explication et la porte de sortie

"Quatre cents autres personnes font l'objet d'une procédure analogue. Le responsable du service, actuellement à l'étranger pour une enquête sur une fraude fiscale, m'a autorisé à vous prévenir car il est encore temps d'arrêter la procédure."

Séquence 3 : la perche tendue

"L'affaire est sur le bureau du juge - Michel LAMBERT - qui doit lancer la saisie bancaire, la déclaration à la Banque de France et la saisie de votre retraite pendant quatre ans. La procédure peut être stoppée par le versement d'une caution. Téléphonez tout de suite au juge. Il n'est pas encore 9 heures mais je sais qu'il est dans son bureau."

Séquence 4 : le dénouement

"Il est possible d'arrêter la procédure dont vous faites l'objet par le versement d'une caution de 4 900 €. Cette somme vous sera remboursée. Vous recevrez dès le lendemain un courrier avec un chèque administratif."

"La personne responsable étant actuellement en Israël, vous avez le choix entre faire un mandat international à La Poste ou faire un versement en espèces à Moneygram. Vous me téléphonerez tout de suite le numéro du récépissé qui me permettra d'arrêter la procédure. De toutes façons, si on vous demande la raison de ce règlement, dîtes qu'il s'agit de raisons familiales."

La convoitise du gain facile et l'articulation psychologique du scénario téléphonique ne manqueront pas de motiver les escrocs... et de convaincre quelques victimes.

Le 9 novembre 2013



LES FAUX MESSAGES DE LIVRAISON DE COLIS

L'Observatoire des arnaques, créé par le Réseau anti-arnaques, s'appuie notamment sur une surveillance internet et sur un réseau de 60 correspondants.

Il ne peut que constater la multiplication des messages SMS informant le consommateur d'une prochaine livraison d'un colis.

Le message type est le suivant : "Votre colis référence N°M794610 est en attente dans notre point relais. Pour le retirer veuillez téléphoner au..."

L'objectif est de faire appeler un numéro surtaxé (1,34 € l'appel + 0,35 € la minute) sachant que, bien évidemment, le prétexte du colis est "bidon".

Les escrocs savent contourner la vigilance du consommateur : parfois, le numéro indiqué est un numéro non surtaxé. Mais le message d'un répondeur incite à appeler, en raison d'une panne informatique, un numéro spécifique qui, lui, est surtaxé.

Le 12 octobre 2013





LUTTER CONTRE LE "ROMANCE SCAMMING"

Le "romance scamming" - en français, "escroquerie sentimentale" ou "escroquerie du cœur" - consiste à insérer un faux profil sur un site de rencontre.

Le scénario est bien huilé :

c le prétendant déclare résider à l'étranger pour des motifs professionnels (architecte, avocat…) ;

c plusieurs correspondances passionnées vont mettre en confiance la future victime ;

c les prétextes ne manqueront pas pour solliciter une aide financière visant à régler un billet d'avion, faire face à des dépenses de santé, aider un membre de la famille…

Ces propositions émanent, essentiellement, de certains pays d'Afrique anglophone (Nigéria, Ghana) et d'Afrique francophone (Côte d'Ivoire, Bénin).

La nature de l'arnaque, la domiciliation à l'étranger, la difficile identification de l'escroc et le mode de paiement (exclusivement sous forme de mandat Western Union) font que les recours sont inexistants.

C'est pourquoi, l'initiative de cet internaute est à saluer : diffuser une pétition pour réclamer une véritable stratégie judiciaire permettant de lutter contre le phénomène des "arnaques africaines" - dont le "romance scamming" - et sensibiliser les parlementaires à la situation critique vécue par les victimes.

Pour être signataire de la pétition : http://jesigne.fr/arnaques-africaines

Le 20 juillet 2013

   


 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu